Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Page d'accueil

Recherche

25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 16:08

Article paru dans le journal " La Marseillaise" Jeudi 20 Janvier 2011

 

Rasteau.  Placé au coeur d'un magnifique terroir, de galets roulés et d'argiles bleue, le village domine un vignoble voué majoritairement aux grenaches.

 

 

DEUX CRUS POUR UN SEUL VILLAGE

 

Cela pourrait paraître étonnant que l'on parle aujourd'hui de l'accession au "Cru" de Rasteau! Dans l'esprit de chacun en effet, le titre Rasteau a déjà une belle notoriété qui attache aux grands noms des côtes du rhône. Il faut savoir en outre que pour une autre de ses productions, le Vin Doux Naturel, Rasteau, a déjà été classifié cru en 1944.

 

Depuis le 24 novembre 2010, le "Rasteau" rouge tient enfin la consécration attendue".  Une reconnaissance qui ne vient que confirmer la richesse de notre terroir et récompenser plusieurs décennies de dur labeur", précise le Président Daniel Ferran.

Ce nouveau cru est donc le 16e des Côtes du Rhône. Il vient prendre tardivement la place qui semble être la sienne depuis toujours aux côtés des huit crus septentrionnaux* et des sept méridionaux**.

Au joli village perché de Rasteau, on sait concocter depuis bien longtemps d'agréables rouges aux élégantes robes sombres, au bouquets de fruits rouges bien mûrs et à la bouche généreuse, chaleureuse et particulièrement savoureuse.

A partir du millèsime 2010 (et 2009 sous certaines conditions) les vins rouges de Rasteau n'arboreront plus le nom de leur village comme référence.

Une restructuration du terroir a été délimitée par L'INAO et désormais seulement 1050 ha sont reconnus.

L'obligation de ne pas dépasser une production de 38hl/ha était déjà largement suivie. " De fait la plupart du temps la production est en réalité de 35hl/ha", confirme le vice président Robert Charavin. Comme les frères ainés Châteauneuf du Pape et Gigondas! " Le prix de la bouteille devrait rester stable",  affirme Jean Claude Paolucci, président de la cave Ortas " Nous pensons seulement qu'il pourrait y avoir plus de facilité à la vente".

Avec ses 38 caves particulières et la haute tenue de la cave coopérative, Rasteau est armé pour relever tous les défis. Nous lui souhaitons les plus belles réussites.

 

*Côte Rôtie, Condrieu, Château Grillet, St Joseph, Cornas, St Péray, Hermitage, Crozes Hermitage.

 

** Châteauneuf du pape, Gigondas, Lirac, Tavel, Vacqueras, Beaumes de Venise et Vinsobres.

 

 

NOTES DE DEGUSTATION

 

J'ai depuis longtemps un faible pour ces vins aux arômes de garrigue et de petits fruits rouges et noirs. Il convient de traverser le village et de se rendre à pied dans les vignes toutes proches pour couvrir et s'étonner de ces sols squelettiques ou croient de vieilles souches aux rendements serrés. Les vins qui en sont issus ont la particularité de mêler avec bonheur puissance et finesse.

Lundi dernier les vignerons de Rasteau présentaient leur millèsime 2010. Un peu tôt bien sûr pour découvrir toutes les richesses encore en devenir, le plus souvent la fermentation malolactique ne s'est pas encore produite et pourtant... quel plaisir que ce millèsime! Quel charme et quel avenir avec cette puissance ensoleillée et ces tannins souples et ronds. Il sera mis en bouteille et vendu en 2012. Il sera superbe en 2013/2015 au prix accessible de 7 à 14 euros.

 

Parmi eux:  Ceux du Domaine Elodie Balme, une invité chaleureuse soulignée d'un plaisir suave et courtois de fruits noirs - Le Domaine de la Collière ou Georges Perrot persiste à concocter des vins tout en finesses. Comment ne pas remarquer ceux de Frédéric  Roméro du Domaine de la Soumade à la bouche élégante et dense à la  fois et ceux de Daniel Coulon du Domaine de Beaurenard dont le travail sur argile bleue donne des vins étonnants dotés de si beaux tanins -  Puis ceux encore du Domaine des Escaravailles, des Coteaux des Travers, du Grand Nicolet, des Grands Bois, du Domaine Martin, Girardière, Verquière, de la Cvae Ortas ou de Didier Charavin, tour à tour, élégants, crémeux, fruités et épicés n'ajoutant que du bonheur au bonheur!

 

PIERRE GALAUD

 

Repost 0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 09:32

(Article paru dans Terre de Vins Janvier-Février 2011)

 

Terre de vins janvier fevrier 2011

 

Terre de vins janvier fevrier 2011-1Entre Orange et Vaison-la-Romaine, au cœur de la vallée du Rhône, Rasteau vient d’accéder au statut tant convoité de cru des côtes du Rhône. Une récompense amplement méritée pour ce village vigneron où cohabitent vins secs et doux sous le même toit.

 

Ni château imposant, ni relief spectaculaire. Au visiteur de passage, Rasteau ne peut offrir que ses douces collines s’avançant comme les dents d’un râteau en direction de l’Ouvèze. Au loin, les dentelles de Montmirail pointent leurs pics acérés vers le ciel tandis que le mont Ventoux se coiffe d’un gros nuage blanc. Ici règne le calme et la tranquillité. A l’abri du mistral, protégé par son clocher de pierre, le petit village coule des jours heureux à l’ombre des platanes, le bruit des fontaines se mêlant aux cris joyeux des enfants.

Pourtant, sur ces sols secs et arides inondés de soleil, hormis quelques oliviers et un peu d’arbres fruitiers, rien n’a jamais pu pousser, sauf la vigne. Une vigne noueuse et torturée capable de résister au froid glacial de l’hiver et à la chaleur écrasante de l’été, captant la moindre goutte d’eau dans les profondeurs de la terre.

Les vieux grenaches, assortis de plants de syrah et de mourvèdre, font aujourd’hui la richesse du pays : Rasteau vient d’accéder à la récompense suprême en devenant, cinq ans après Beaumes-de-Venise, le seizième cru des Côtes du Rhône. « C’est une belle récompense, se réjouit Daniel Ferran, président du Syndicat des vignerons. La première demande remonte quand même à trente ans ! » L’affaire a traîné. En plus de satisfaire aux critères de typicité et de notoriété exigés par l’Institut national de l’origine et de la qualité pour passer de côtes-du-rhône villages communal à cru, il a fallu convaincre l’administration française et les instances européennes que pouvaient cohabiter, sous un même nom, un vin rouge sec et un vin doux naturel.

Ces tracasseries n’ont pas empêché les vignerons d’aller de l’avant. Sereins et unis, ils élaborent des vins d’une homogénéité qualitative remarquable, contribuant ainsi à la belle harmonie qui règne déjà dans le paysage.

 

Terre de vins janvier fevrier 2011-2PAUL COULON

L’âme d’un musée vigneron

 

   Année après année, Paul Coulon a patiemment amassé les 3000 objets de ce petit musée, chinant dans les brocantes, les vides-greniers…  « Je l’ai ouvert en 1982 avec tout ce qui avait été conservé par mes ancêtres depuis sept générations sur le domaine de Beaurenard, à Châteauneuf du Pape ». Organisé en sept salles, qui portent chacune le nom d’un cépage, la visite débute par les instruments de travail du sol, araires, houes… se poursuit par les hottes à vendanges et autres outils de cave patiemment arrachés à l’oubli. Une  superbe collection de sécateurs, d’appareils à sulfater et de pals injecteurs pour lutter contre le phylloxera rappelle les aléas de la culture de la vigne. « Regardez ce gant en cottes de maille, il servait à écorcer les ceps pour lutter contrez la pyrale », s’exclame-t-il. Après la projection d’un petit film qui retrace notamment l’histoire de la viticulture dans la région, on entre dans la « vinothèque », un lieu unique où sont rassemblées plus de 2000 bouteilles (pleines) dont certaines datent de la fin du  XIXe siècle. Avant d’arriver au caveau pour une dégustation des côtes du Rhône et Châteauneuf du pape, certes plus récents, du domaine de Beaurenard, une dernière salle permet de se documenter sur la géologie, l’œnologie…

Pour approfondir la visite tranquillement à la maison, Paul Coulon a récemment réalisé un superbe livre sur son musée. Une véritable bible pour les passionnés.

 

 

Repost 0
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 10:25

L'Association pour la Vie Espoir contre le Cancer organise

Mardi 14 décembre 2010 une vente Caritative à Paris.

 

Les fonds recueillis seront destinés à renforcer les moyens de l'association pour la recherche et à améliorer le soutien thérapeutique des malades.

 

Nous y avons participé en fesant le don d'un Magnum de Châteauneuf du Pape Boisrenard Rouge 2004.

 

 

  Vente caritatice AVEC

 

  Vente caritative AVEC 2 Vente caritative AVEC 3

Repost 0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 10:01

VALAIS

Le Nouvelliste - 18 août 2010

 

 

Le salon  " Vinea" s'est déroulé en suisse les 3,4 et 5 septembre 2010 à Sierre pour sa 17 ème édition, Châteauneuf du Pape fesait parti des invités d'honneur.

 

Voici un petit article, qui présente pourquoi Châteauneuf du Pape à participer à ce salon.

 

Quand Châteauneuf du Pape s'invite...

 

Hortense Courteaux, oenologue et responsable de communication de la Fédération des Syndicats de Châteauneuf du pape, a spontanément écrit à Vinéa pour leur demander de participer au Salon des vins suisses. " C'est en lisant " Vinum" que j'ai découvert cette manifestation phare du monde viticole suisse. Apprendre que Saint Emilion et la Bourgogne avaient été hôtes d'honneur les années précédentes a encore plus stimulé mon enthousiasme. Et comme nous exportons 60% de notre production, la clientèle suisse, trés connaisseuse, nous interesse. Les visiteurs pourront découvrir les crus d'une quizaine de producteurs parmi les meilleurs de notre région.

  vinea suisse hortense

Repost 0
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 09:23

L'EXPRESS STYLES

 

 

lexpress 2010

 

 

 

Rubrique : Styles de vie - Restaurants

 

 

lexpresse article beaurenardLe Vin de la semaine

 

CHÂTEAUNEUF DU PAPE DOMAINE DE BEAURENARD 2007

 

          Paul Coulon et fils : voilà des décennies qu'à Châteauneuf du Pape ce nom est synonyme d'excellence. Paul, le père, retraité actif, tient scupuleusement le journal du domaine de Beaurenard, dans la famille depuis sept générations, mais aussi des terres de Rasteau (25 hectares), où il a créé un musée du Vigneron riche de 2000 outils traditionnels.

           Daniel et Frédéric, les fils, quand ils ont repris le flambeau, ont,eux, choisi de travailler en bio - et depuis peu en biodynamie - afin de produire un vin au plus près de la nature et de la vérité du terroir. Le résultat se retrouve au fonds des flacons. Car, chez les Coulon, tout est bon : aussi bien les Châteauneuf du Pape que les rasteau, les rouges que les blancs.

           A l'image de ce Domaine de Beaurenard 2007 rouge, pas donné, mais à l'excellent rapport qualité-prix (28€). Un Châteauneuf  pur jus - 70% de grenache, 10% de syrah, autant de mourvedre, et un zeste de cinsault. Robe rubis foncé, nez explosif aux dominantes de fruits et garrigue : la Provence en bouche!

 

Philippe Bidalon

 

Repost 0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 11:12

Article paru dans le figaro Jeudi 1er Juillet 2010

 

Après une longue attente, ce village de la vallée du Rhône se voit enfin décerner, pour ses vins rouges secs, sa propre AOC.

  Vignoble Rasteau

 

CRU Depuis 1944, Rasteau possédait l'appellation controlée pour ses vins doux naturels, hélas depuis des années en perte de vitesse et qui ne représentent plus aujourd'hui que moins de 5% de la production. Quant à ses vins rouges, l'autre spécialité locale, ils ne pouvaient que s'appeler côtes-du-rhône- villages, un titre accordé en 1966.

 

Le passage à un statut de cru, pouvoir mettre uniquement Rasteau sur l'étiquette sans la mention de côtes-du-rhônr-villages, n'est pas une sinécure. Ce type de dossier se prépare longtemp à l'avance et l'Institut national des appellations d'origine (Inao) ne les delivre que très parcimonieusement et après une longue enquête. Ce  processus vient enfin d'aboutir en juin 2010.

 

D'ailleurs, les appellations communales ne sont pas légion. A près Châteauneuf-du-Pape et Tavel à la création des appellations en 1936, il n'existe que cinq autres villages qui ont obtenu le précieux sésame : Lirac (1947), Gigondas (1971), Vacqueyras (1991), Beaumes-de-Venise (2005) et Vinsobres (2006). L'Inao ne les brade pas. D'autres villages comme Cairanne sont encore sur la ligne de départ.

 

Des usages " locaux, loyaux et constants".

Pour réussir, il faut d'abord démontrer des usages " locaux, loyaux et constants". Comme à peu près partout, le vignoble a été crée par les Romains, mais le renouveau date de 1817. Il faut ensuite déclencher un véritable mouvement vers la qualité. Ce sont surtout les efforts de la cave coopérative locale (55% de la production et 170 adhérents) qui ont permis de lancer le processus. " Voilà de nombreuses années que nous avons pris le virage vers la qualité, et ce n'était pas toujours facile", avoue Jean-Jacques Dost, le dynamique directeur.

 

Côte producteurs, autre composante essentielle pour obtenir l'appelatyion, plusieurs se sont distingués par leur qualité et leur constance, comme les domaines Gourt de Mautens (Jérôme Bressy), Beaurenard (Daniel et Frédéric Coulon), La Soumade (André et Frédéric Roméro), Disier Charavin et du Trapadis (Helen Durand), entre autres.

 

Cette belle aventure collective permettra de conforter une percée significative dans les pays étrangers. Ainsi Ortas Rasteau Tradition de la cave coopérative est le numéro un du Rhône au Québec et en Irlande. Mais le plus dur reste à faire : ne pas s'endormir sur ses lauriers et être digne de cette appellation toute neuve.

 

 

Bernard BURTSCHY

 

Repost 0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 13:06

 

Wine Spectator Insider

 

June 9, 2010

 

James Molesworth highlights wines from the rhône Valley, including Châteauneuf du Pape reds from the 2008 vintage, and a white Châteauneuf du Pape from 2009.

 

 

France - Rhône

 

DOMAINE DE BEAURENARD

Châteauneuf du Pape White 2009

 

91 points│$ 45│NA cases made│White

Pure pear and yellow apple fruit is backed by blanched almond and melon rind hints.

A nice stony edge frames the lengthy finish.

Drink now.- JM.

 

Repost 0
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 11:17

Article paru dans le dauphiné Libéré Lundi 17 Mai 2010

 

 

Le Vin et l'Art

 

Tel était en cette année 2010 ,le thème de la 16ème Fête de la vigne et du vin. Samedi, toute la journée le domaine de BEaurenard avait invité pour cette occassion Gérard Lami de Vedène qui a exposé dans le caveau ses sculptures en métal réalisées à la forge à partir de vieux outils.

 

 

  gerard Lami

 

 

 

Repost 0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 12:59

Article paru sur le site internet canadian "WINEACESS"

 

 

wineaccess 

 

 

NO GREEN BEER FOR ME THIS YEARS

 

 

How I spent my St. Patrick's Day

 

This was a pretty awesome day, but strangely didn't include any beer. Like most Wednesday's, my time at the office started out with a few quick meetings including my weekly update with the publisher where I get to fill him in on the status of our upcoming wine competitions (the International Value Wine Awards and the Canadian Wine Awards). After the quick update, I was running off to a 10 am tasting of Cotes du Rhone wines with the Calgary Sommelier Society (CSS) at the Cookbook Co. here in town. The CSS is a group of professional sommeliers and industry insiders who get together whenever possible and taste wine. Usually, those tastings involve either a winemaker or winery principal who happens to be in town and wants to get his wine in front of a number of professionals in a formal tasting setting. Sorry, it's not open to the public, but if you have questions about it, I am happy to answer questions or pass along emails to the organizer (tfirth@wineaccess.ca)

This first tasting was with Frédéric Coulon of Domain de Beaurenard a top shelf producer of Côtes du Rhône http://www.beaurenard.fr/ the tasting was built out of a horizontal tasting (tasting several different wines from a single producer) with 2 vintages of each wine (a vertical tasting). The winery is fully committed to being organic and are pretty much all the way there and expect to be by the 2010 vintage along with some motions of biodynamics which Frédéric believes provides a "better expression of terroir" that all encompassing sense of "place" and uniqueness which virtually all wines hope to achieve. The wines are 100% hand harvested and undergo extensive hand sorting before fermentation which all takes place with natural yeasts

 

 

 

 

The wines tasted were:

Domaine de Beaurenard 2006 Côtes du Rhône
Showing a touch of heat, while still supple on the nose, this Grenache based wine has about 15% each of syrah and cinsault. Decent fruit presence on the nose translated to a fairly tart wine which was a little disappointing at first. NB. This same bottle was retasted at lunch a few hours later and was significantly better and had more complexity both on the nose and palate with that bit of extra time. If you encounter the wine being a touch sullen either decant, or give it some air.  Around $19 in AB

Domaine de Beaurenard 2007 Côtes du Rhône
The soon to be released vintage was rock solid with strong youthful colours on the rim. While on both the nose and palate tart cherry, strawberry, and woody shrub notes with hints of rose petal and rock candy. Bright acids should make this very food friendly, and still good on its own. 88 points.

Domaine de Beaurenard 2006 Châteauneuf du Pape
Slightly closed at first the wine started opening up fairly quickly. This is quite young for CNP so should continue to develop for a very long time. Bright cherry fruits with wood chip and pepper. Grenache based, its rich and full with good fruits and a slightly muddled mid palate which I am blaming on a slightly dumb period for the wine right now. Interestingly, it rebounds on the back palate and brings with it a strong and enjoyable finish. 89 points AB price around $43 I would love to taste this same vintage again in about 5 years when I think it will be showing much better.

Domaine de Beaurenard 2007 Châteauneuf du Pape
Lots going on in this very youthful CNP with abundant alcohol heat on the nose right now. Still based around grenache at about 70% syrah and mourvèdre each providing 10% with numerous grapes rounding out the blend. Big cherry, plum and blackberry notes with blueberry reduction and pepper spice characters. The palate brings with it cool chocolate flavours which well complement the flavours you expect from the nose. Very well integrated so far, this should be a keeper for about 10 years or so, but I expect it should benefit from around 15 years in the cellar. 91 points should be around the same price as the 06 when it lands.

Domaine de Beaurenard 2006 Boisrenard Châteauneuf du Pape
This was a stunning glass of wine. Practically overflowing with spicy tones and ripe fruit sourced from only old vines ranging from 60-100 years of age. This wine is also representative of all 13 varietals allowed for CNP but still based on Grenache which are all co-fermented together rather than independently which is the norm. True and rich on the palate, the tannins are generous and balance even the more subtle floral notes. Will develop and will improve with time over the next 15 years and beyond. 94 points and about $72 in AB.

Domaine de Beaurenard 2007 Boisrenard Châteauneuf du Pape
Another stellar wine, a bit hot on the nose, but showing the full spectrum of blackberry, cassis, and Saskatoon berry with mince and a light woody tone. Really, just a beautiful nose. Silky tannins in the mouth which balance the bright acids and delicious fruits. Perhaps most telling, a finish that is measured in minutes every second delicious. 93 points. $72

Domaine de Beaurenard 2006 Boisrenard Blanc Châteauneuf du Pape
Sourced from 80+ year old vines there are only about 6 to 10 barrels of this made each year certainly keeping the CNP blanc in the niche category. Dominated by green apple aromas with lemon, mineral, and straw notes, the palate is riper and richer with a creamy toasty character and tropical fruits. Very interesting and very tasty it might be a touch expensive, but this is top quality white and either drink with good company at home, with a great meal, or if you just want to reward yourself. Serve cool, but not cold. 93 points and will retail around $71

Domaine de Beaurenard 2007 Boisrenard Blanc Châteauneuf du Pape
The upcoming vintage is heavenly even this young, bright crisp fruits with a touch of lemon citrus and honey and a pleasant leesy note. Very tropical on the palate, a cool bitter nose emerges on the mid palate and just makes the finish sing. Each sip just tasted better and better. Might be the most perfect compliment to lobster that I have ever had. A little too young, it might be a disservice to drink it now, but buy a few if you can and try one now and save the rest for a great evening about 10 to 15 years from now. 92 $71

All this magic took place quicker than we all thought and I had about an hour to kill before I was to meet Frédéric and a few other people for lunch at (my favourite) Rouge. A few quick emails back at the office and back at it.

The meal was tremendous again and the wines just showed so much better with that extra hour to open up. In talking more with Frédéric I got to understand the winery and its philosophy and where things seem to be headed for Côtes du Rhone. In a nutshell, Beaurenard makes great wine, its going to get even better, and the Rhone is still going to provide great value to consumers.

From here, I had to run back to the office for a meeting at 2 which I couldn't miss and once that done I was off to a 30 year vertical of single vineyard Barolo (I know! That's pretty awesome!) tasting which I had also been looking forward to for weeks from Fontanafredda.

Repost 0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 08:14

Le point

 

 

" Un Rasteau du domaine de BEAURENARD de Paul COULON accompagnent à point cette cuisine de caractère".

 

 

LA TABLE par Gilles Pudlowski

 

A deux pas de Lille, une table formidable, animée par un couple de chtis passionnants. Bienvenue chez les Burgeat!

le point restaurant B 

Ils sont deux, jeunes et pleins d'entrain pour leur première affaire. Christine travaillait dans la banque, au Crédit mutuel. Grégory Burgeat a fait l'école hôtellière à Lille, des stages chez Bardot au Flambard, chez Charly à Robaix, à l'Auberge de la Garenne à Marcq-en-Baroeul, avant de demeurer sept ans au Septentrion à Bondues, puis à L'Auberge du Forgeron à Seclin, enfin de créer L'Esplanade avec Christophe Scherpeerel à Lille, puis de suivre Benoît Bernard à la Laiterie de Lambersart.

 

L'empreinte de ce dernier, dont il sera le fidèle second, va le marquer durablement. Fou de produits, comme son maître, Grégory s'installe dans un ancien Relais de Chasseurs dont il fera un QG  de gourmandise aves des produits de qualité artisanale. Le lard fermier des environs, le poisson des côtes proches, le hareng du Nord, la pomme de terre picarde: cette cuisine estampillée chtie revendique hautement le sel et le sucre de ses racines.

 

Le cadre sobre, revu dans les tons de gris avec ses tables en stratifié, non nappées, hautes ou basses, sa cheminée dans une des salles du fond, a le look taverne guillerette ou estaminet tendances. Mais, dans le genre, Pierrot à Capinghem fait plus régional et le maestro Benoît en sa Laiterie de Lambersart, plus déco. Grégory et Christine s'en tirent par la décontraction heureuse et une sincérité vite convaincante. Elle explique avec faconde, lui commente avec passion, tandis qu'une jeune serveuse enthousiaste fait goûter les vins du moment. Un splendide Côte-de-duras Vieillefont signé Catherine et Jean Mary Le Bihan ou un Rasteau du domaine de BEAURENARD de Paul Coulon accompagnent à point cette cuisine de caractère.

 

Ce qu'on goûte là? L'esprit du Nord en majesté, mais avec modestie et franchise, bref une manière de concevoir la vie au gré du marché, des saisons et des jours. La fine tarte à l'oignon en pâte feuilletée avec carottes émincées et un cornet de jambon enfermant de la roquette, une salade de tourteau au caviar de hareng fumé, une brandade de morue à l'émulsion au lard, plus une côte de porc prise dans le carré avec sa peau croustillante et son bon gras, ses cèpes et ses fabuleuses pommes de terres fumées au bois de hêtre. Bluffant! Le tout, proposé au gré de menus surprise bien vus, est d'une générosité sans faille.

La cuisine chez les Burgeat a le goût de la vérité. Et leur Nord ressemble à une terre sur laquelle seule la qualité a droit de cité.

 

B. RESTAURANT

19 Rue de la Neuville

Petit-Attiches ( Nord)

Tél. : 03.20.90.06.97

Menus : 26€ ( déj), 35, 45€.

Repost 0