Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page d'accueil

Recherche

30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 11:59

Il y a des matins ou il n’y a que des factures. Et puis… des matins, comme aujourd’hui, ou je découvre en ouvrant le courrier un article dans GaultMillau et un dans le Wine Spectator !!!


 

Les champions du Prix-Plaisir

 

 

 

Il est des vins qui s’attachent aux songes. Les château Margaux, Latour, Haut-Brion mais aussi la Romanée Conti, l’Hermitage, le Montrachet et les Vegas Sicilias espagnoles appartiennent à ce club fermé à double tour. Faut-il rappeler que ces vins sont inaccessibles aux communs des mortels ?

Il est aussi des vins à la mode qui profitent des tendances, des coteries : des critiques élogieuses et les cours s’envoles. Rangeons dans cette classe élitiste les vins de garage bordelais, les petits climats bourguignons et les cuvées spéciales ferrées au bois neuf.

Et puis il y a les autres vins qui racontent la diversité du vignoble hexagonal. Droits dans leur terroir, élaborés par des vignerons ambitieux, ils visent la qualité en sachant raison garder sur les cours. Des vins qui redonnent tout leur sens aux mots plaisir et convivialité. Pour son numéro Spécial Vins, GaultMillau a fait le voyage dans 7 appellations qui savent résoudre l’équation délicate du prix et du plaisir. De ces dégustations, il apparaît que la France est un fabuleux pays de cocagne pour les amateurs qui ne font pas une religion des étiquettes prestigieuses. Résultat : plus de 60 bons et très bons vins, vendus entre 4 et 10€ : des « Champions du prix-plaisir ».

On a beaucoup aimé :

Domaine de Beaurenard

  - Côtes du Rhône Villages Rasteau rouge 2001, 2002, 2003, 2004

  - Côtes du Rhône 2004

… Daniel Coulon, au Domaine de Beaurenard, fier de montrer ses installations rénovées, mais aussi le cheval Joyeux, avec lequel il lui arrive encore de travailler la vigne. Ce passionné qui croit en l’agriculture raisonnée, a été le premier à Châteauneuf du Pape à enherber les vignes, il croque les grains avant la vendange, donne deux seaux à ses vendangeurs, pour un premier tri, et apprécie les fermentations longues. Ses vignes ont 45 ans d’âge moyen (certain ceps de grenache sont centenaires) et ses rendements ne dépassent guère les 30 hectolitres l’hectare. Il a deux cuvées de Côtes du Rhône Villages Rasteau, dominées par le grenache, complétées de Syrah qui profite d’un sol d’argiles bleues. Le 2003, dont le fruit était très mûr, montre un beau nez, mais le 2004 nous a semblé plus équilibré. On apprécie aussi beaucoup son Côtes du Rhône rouge, légèrement épicé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires